Sélectionner une page
La fin du CUDA pour macOS

La fin du CUDA pour macOS

Depuis plusieurs années déjà, Apple n’implémente plus les GPU Nvidia dans les Macs. Cependant, quelques irréductibles continuaient à utiliser l’accélération CUDA avec un eGPU, dans un Hackintosh, voire avec d’ancien Mac Pro en se procurant des cartes Nvidia dites « flashée ».

Aujourd’hui Nvidia jette définitivement l’éponge et sort la dernière version permettant son support sur macOS d’après leur Release Notes de CUDA Toolkit v10.2.89.

CUDA

CUDA 10.2.89, la dernière

Comme le rapporte le site MacGeneration ou d’autres sites d’actualité Apple, la firme à la pomme aurait déjà bloqué le support de CUDA avec Mojave en Janvier de cette année. Une pétition avait été mise en place pour lever ce blocage. Je n’ai, par la suite, pas eu vent d’autres nouvelles jusqu’à maintenant avec cette annonce qui indique que le support ne sera plus apporté par Nvidia.

L’une des raisons que j’ai pu lire çà et , est qu’Apple doit donner son amont pour permettre la distribution d’un pilote pour macOS.

 

La suprématie AMD

Maintenant, tous les utilisateurs sont contraints d’abandonner CUDA s’ils souhaitent continuer à mettre à jour leur machine. Ainsi, l’accélération matérielle ne pourra plus passer par CUDA mais quasiment essentiellement par Metal ou éventuellement l’OpenCL. Pour les utilisateurs d’Adobe, le Mercury PlayBack reste une mauvaise idée, ou une solution de secours.

Cinématographiquement…

Avid Media Composer macOS Catalina
assimilate scratch confinement
ProRes Raw et Windows
de premiere pro à davinci resolve
affinity
cuda nvidia this is the end
premiere resolve #8
premiere resolve #7
modes de fusion
kinobeer
quicklook et provideo formats
macoscatalina maj
premiere resolve #
SGO
Arri Codex High Density Encoding
premiere resolve #5
Mac Pro 2019
Loupedeck +
cinema sans projecteur
premiere resolve #4
premiere resolve #3
la différence entre le log et le flat
premiere resolve #2
Le nouveau Davinci Resolve 16
annonce NAB resolve 16
premiere resolve #1
Tangent Arc
Illustration article
Dailies Avid Resolve
Fusion Connect article
Article reactor fusion
illustration article jeux couleur
cinestyle technicolor
illustration RGPD
Media Composer Symphony 2018.12
article de noel
Legacy Medias
Montage une Anthologie (1913-2018)
Lumetri CC2019
illustration article
macOS Catalina, ne faites pas la mise à jour !

macOS Catalina, ne faites pas la mise à jour !

logo
logo resolve

macOS Catalina don’t vous entendez certainement parlé depuis quelques mois est sortie cette nuit sur le mac App Store. Si vous être professionnel, prenez toutes vos précautions avant l’installation voire, attendez une 10.15.2 pour que l’OS soit bien stable et que les éditeurs puisse toujours vous proposer leur logiciel sans encombre.

Voici pourquoi.

Le Legacy Media Gate

Vous souvenez vous, en début d’année, le soucis que posait FCPX avec les Legacy Media auquel j’avais consacré un article. Aujourd’hui nous nous retrouvons exactement dans la même situation mais pour la structure complète de macOS !! Apple a décidé qu’il serait temps d’enfin passer au tout 64bits.

application non optimiséeDéjà sous macOS Mojave, une petite fenêtre apparaissait pour avertir qu’une application n’était pas optimisée pour le mac et qu’il serait pas mal de la mettre à jour ou de trouver une autre solution. Cette fenêtre rappelait aussi que ce serait la dernière version de macOS à faire tourner les applications 32bits car la prochaine version que l’on sait s’appeler Catalina, ne fera plus tourner ces logiciels. Apple avait déjà annoncé ceci en présentant Mojave.

 

Mojave et le 32bits

 

To install or not to install ? That is the question.

Professionnel ? Ne surtout pas installer Catalina pour l’instant. Vous aurez forcément encore besoin d’un utilitaire pour dépanner au cas où un logiciel Adobe, ou Resolve plante. Les gros éditeurs sont passés au 64 bits, les petits c’est pas si sûr. Je ne pense pas que HandBrake soit passé au 64bits, ShutterEncoder demande vérification aussi, si vous utilisez XnView pour renommer des fichiers en série il serait bon d’attendre aussi, ou même DCP-o-matic etc. Puis si vous êtes utilisateur de SoundFlower… C’est pas non plus une très très bonne idée.

Puis en plus, imaginez le logiciel est bien passé au 64bits mais il n’est pas encore tout à fait stable. C’est quand même contraignant !!

De plus, macOS portera de nouveaux mécanisme de sécurité encore plus restrictifs que sur l’OS actuel et antérieur, c’est quand même casse pied.

Enfin, pour tout ce qui est hardware !! Même les solution de stockage du type LaCie, G-Technology ou Accusys Storage ou des solutions de stockage partagé comme Tiger Technology, il ne faut pas installer macOS Catalina tant que vous n’êtes pas sûr complètement sûr que ça fonctionnera. Même les NAS ou SAN (stockage partagé déjà évoqué mais je mets les mots qu’il faut) via unité serveur peuvent être concernés au moins par un ralentissement : Synology, Qnap, FreeNAS etc. Idem pour les interfaces vidéo AJA ou BlackMagic.

 

Et donc ?

 

NON,

N’INSTALLE PAS tout de suite MACOS CATALINA

Et faites bien attention quoi qu’il arrive.

 

Dans mon cas, je vais attendre quelques mois pour l’installer sur mon MacBook et en fonction de ce que macOS Catalina racontera sur le macBoobook, je penserais éventuellement à faire l’installation sur maMac.

 

 

Pour les sources de tout ça, Atreid est de très bon conseil sur sa page Facebook, Mac4Ever et j’avais lu un article il y a quelques semaines mais j’ai oublié ce que c’était, je suis désolé….

Cinématographiquement…

Avid Media Composer macOS Catalina
assimilate scratch confinement
ProRes Raw et Windows
de premiere pro à davinci resolve
affinity
cuda nvidia this is the end
premiere resolve #8
premiere resolve #7
modes de fusion
kinobeer
quicklook et provideo formats
macoscatalina maj
premiere resolve #
SGO
Arri Codex High Density Encoding
premiere resolve #5
Mac Pro 2019
Loupedeck +
cinema sans projecteur
premiere resolve #4
premiere resolve #3
la différence entre le log et le flat
premiere resolve #2
Le nouveau Davinci Resolve 16
annonce NAB resolve 16
premiere resolve #1
Tangent Arc
Illustration article
Dailies Avid Resolve
Fusion Connect article
Article reactor fusion
illustration article jeux couleur
cinestyle technicolor
illustration RGPD
Media Composer Symphony 2018.12
article de noel
Legacy Medias
Montage une Anthologie (1913-2018)
Lumetri CC2019
illustration article
Mac Pro 2019 & XDR Display Pro

Mac Pro 2019 & XDR Display Pro

logo Apple

Annoncé il y a deux ans pour répondre aux plaintes de la monture 2013 du Mac Pro, Apple a présenté la nouvelle version du Mac Pro le 3 Juin 2019 lors de sa keynote. Au-delà du style « rape à fromage » décrié çà et là, on remarque qu’Apple revient au modèle de tour avec poignées ce qui n’est pas plus mal. Avec le Mac Pro, un nouvel écran de 32 » baptisé XDR pour Extreme Dynamic Range a été annoncé. On va décortiquer tout ça dans cet article et relativiser certains points.

Mac Pro 2019

Pour commencer, faisons un tour des performances et possibilités.

CPU
  • 8 cœurs à 3,5 GHz – Turbo Boost 4GHz ;
  • 12 cœurs à 3,3 GHz – Turbo Boost 4,4GHz ;
  • 16 cœurs à 3,2 GHz – Turbo Boost 4,4GHz ;
  • 24 cœurs à 3,7 GHz – Turbo Boost 4,4GHz ;
  • 28 cœurs à 2,5 GHz – Turbo Boost 4,4GHz.
GPU

Les GPUs se montent séparément dans un module dédié baptisé MPX. Deux modules peuvent être montés, chaque module peut connecter 2 GPUs.

  • AMD Radeon Pro 580X 8Go GDDR5 5,6 Teraflops ;
  • AMD Radeon Pro Vega II 32Go GDDR5 14,1 Teraflops avec une bande passante de 1To/s ;
  • AMD Radeon Pro Vega II Duo 64Go GDDR5 28,2 Teraflops avec une bande passante de 1To/s.
PCIe gen 3

Toujours des modules MPX :

  • 2 modules MPX qui peuvent supporter 1 carte pleine longueur sur double largeur 16x et 1 pleine longueur double largeur 8x pour le MPX à une baie OU 2 cartes pleine longueur sur double largeur 16x gen 3 pour le MPX à deux baies ;
  • 3 PCIe pleine longueur gen 3 pour un 16x et deux 8x ;
  • 1 modules de 4 fentes pour des PCIe de demi-longueur avec une carte I/O d’Apple pré-installée.
Capacité

Carte NVMe jusque 2,6Go/s en lecture et 2,7Go/s en écriture :

  • 256Go en une carte de 256Go ;
  • 1To en deux cartes de 512Go ;
  • 2To en deux cartes de 1To ;
  • 4To en deux cartes de 2To.
RAM DDR4
  • 32Go en 4 x 8 Go ;
  • 48Go en 6 x 8Go ;
  • 96Go en 6 x 16Go ;
  • 192Go en 6 x 32 Go ;
  • 384Go en 6 x 24 Go ;
  • 768Go en 6 x 128Go ou 12 x 64 Go ;
  • 1,5To en 12x 128Go (avec une note : CPU 24 ou 28 cœurs nécessaire).

 

Autre précision : le processeur 8 cœurs prend en charge la fréquence 2666MHz, les autres 2933MHz.

Alimentation

1,4kWatts.

1280W en courant continu108-125v ou 220-240v.

1180 en courant continu 100-107v.

Afterburner

Une accélération graphique made by Apple destiné au ProRes et ProRes RAW à l’image de la carte RED Rocket.

Entrées / Sorties
  • 2 ports RJ45 10GbaseT de 10Gbps en protocole IP ;
  • jack 3,5mm.

et, avec la carte PCIe préinstallée :

  • 2 USB 3 type A de 5Gbps ;
  • 2 Thunderbolt 3 de 40Gbps (supporte USB-C et Display Port) ;
  • 2 autres Thunderbolt 3 au-dessus de la carlingue.
Mac Pro 2019

Pour un comparatif de performance, décorticage des composants et comparatifs de prix, je vous renvoie vers cet article de ZDNet dont la conclusion me semble hâtive mais le contenu intéressant.

Configuration de base du Mac Pro

La configuration de base du nouveau Mac Pro sera donc :

  • Un CPU 8 cœurs 3,5GHz avec Turbo Boost à 4GHz ;
  • 32 Go de RAM à 2666MHz ;
  • un GPU AMD Radeon Pro 580X de 8Go ;
  • 256Go de disque SSD NVMe.

On ne sait pas pour le moment si l’accélération graphique Afterburner sera une option ou incluse d’office.

Tout ça pour $5000, soit environ 4450€TTC (selon la variation du taux de change), c’est-à-dire environ 3560€HT. Ce qui semble être un prix correct pour la configuration mise à part cette capacité de 256Go. La machine nécessitera forcément du stockage supplémentaire comme un SAN ou un NAS. A titre comparatif, l’entrée de gamme de l’iMac Pro avec des caractéristiques sensiblement similaire mais un SSD de 1To est à 5499€TTC soit environ 4400€HT. Sachant la capacité à évoluer de cette machine avec les 12 fentes de barrette de RAM et le grand nombre (variable selon configuration) de fentes PCIe, l’achat semble en valoir la chandelle. Reste à savoir si le processeur sera, lui aussi, évolutif ?

Mais démonter un iMac Pro pour changer le processeur est possible (dangereux, mais possible), alors cela sera certainement faisable même si Apple n’est pas consentant. Et tant que la question « Le viol d’une machine est-il moral ? » n’est pas posée au baccalauréat, vous ne devriez pas avoir de soucis à vous faire quant à cette pratique (sauf pour la garantie).

 

Je n’ai pas grand chose à dire sur l’ensemble des configurations. Ce Mac Pro est évolutif et modulaire, c’est ce qu’il faut retenir. Pour le reste il s’agira surtout de consensus avec votre banquier, ou hiérarchie.

 

cartes PCIe

1,5To de RAM !!!

Ce qui a retenu l’attention de beaucoup de monde ce sont ces 12 barrettes de 128Go pour le modique total de 1,5To de RAM.

Ma première constatation, c’est qu’Apple est enfin passer à la RAM DDR4, plus rapide mais toujours moins que les DDR5 qui existent depuis un petit moment déjà. Malgré cela, la multiplicité d’entrées permet de multiplier aussi le nombre de connexions. A priori, si vous placez 12 barrettes de 2Go, vous devriez être plus rapide que 3 barrettes de 8Go pour un même total de 24Go. MAIS MAIS MAIS !!! Petit point important : il y a bien 12 emplacements pour installer les barrettes mais chaque doublon de barrette partage le même bus ce qui fait que 12 barrettes de 2Go revient exactement à la même chose que 6 barrettes de 4Go. De la même manière que les 4 ports Thunderbolt 3 de l’iMac Pro qui partagent, deux par deux, le même bus. Ainsi le 40Gbps annoncé est partagé entre les deux ports.

 

RAM du Mac Pro

 

A qui s’adresse le 1,5To ? Oui parce que « juste » 128Go, c’est largement suffisant pour du montage, et pour de l’étalonnage aussi d’ailleurs. A quoi pourrait servir ce mirobolant 1,5To de RAM ?! Il semble amusant d’imaginer un Pixar Computer 2 comme l’avait imaginé Steve Jobs quand il était à la tête de Pixar : je veux dire pour les rendus d’images de synthèse qui demandent bien souvent des ressources immenses. On se souvient des articles au sujet d’Avatar quand ce dernier est sorti en 2009 avec les Super-Ordinateurs pour calculer les rendus qui devaient, il semblerait, calculer 8Gb par seconde pour 34 ordinateurs en rack en 10GbE.

A l’époque de la démocratisation de la performance capture toujours plus précise d’année en année (dernier exemple avec Alita), cette capacité de mémoire rapide pour les rendus accélèrera beaucoup le travail des artistes FX. Dommage que ces techniciens ne puissent pas en profiter sur Sonic the Hedgehog. Mais bon… #novfxartistswereharmedinthemakingofthismovie comme l’a signalé Jeff Fowler.

Afterburner

Comme je l’ai souligné plus tôt, cette carte est destinée à l’accélération graphique du traitement ProRes mais surtout du ProRes RAW à l’image de la RED Rocket pour le traitement des fichier R3D. Ces codecs ne sont pas utilisés systématiquement, on peut donc se poser la question si cette carte sera d’office dans le Mac Pro ou non. Si elle l’est, le coût de la machine est d’autant plus attractif en comparaison du prix de la Red Rocket !

Afterburner Mac Pro

Les Modules MPX

ou Mac Pro Expansion module

Les modules MPX sont de petites boîtes pourvus de ports Thunderbolt et Display Port dans lesquels on peut y glisser jusqu’à deux cartes graphiques. Ces modules occupent deux emplacements PCIe dans la longueur, permet une puissance de 500W et délivre un débit de 1To/s.

Sans entrer dans les détails, John Ternus évoque une liaison Infinity Fabric Link afin d’optimiser les échanges d’informations et permettre une meilleure communication des différentes cartes graphiques installées dans un même module.

Le Mac Pro peut être configué avec deux de ces modules pour atteindre une configuration de 56 Teraflops et 128Go HBM2 de mémoire graphique. Cela reste encore réservé à des professionnels bien particuliers qui peuvent avoir besoin de ces performances. Pour un monteur, c’est jeter de l’argent par les fenêtres et pour un étalonneur… par le vasistas ?

module MPX

Two More Mac Pro Things

Il y a une option pour mettre des roulettes sous le Mac Pro. C’est gadget mais sympa pour le dos.

 

L’autre truc, c’est une deuxième version bien distincte du Mac afin de l’installer dans un rack. Cette machine se destine surtout aux professionnels de la vidéo. Dans les entreprises de post-production, il y a des nodals ou nodaux (à vous de choisir si vous voulez franciser ou non). Certains choisissent la configuration de mettre tous les ordinateurs dans le nodal et de n’installer que les écrans, clavier et souris dans la salle de travail. Ce montage en rack est donc plutôt bienvenu.

roulettes Mac Pro

XDR Display Pro

ou Extreme Dynamic Range Display Pro

xdr display pro

Ce n’est pas un moniteur de Référence

Lors de la keynote, cet écran a été comparé à un Sony BVM-HX310 Trimaster étant donné les caractéristiques montrés. Cette comparaison est totalement hors de propos en particulier car l’utilisation n’est pas du tout la même ! L’écran d’Apple N’EST PAS un moniteur de retour puisque (à moins que cela a été caché) il n’y a pas de possibilité de calibration hardware de l’écran. C’est-à-dire que l’XDR Display Pro est dépendant d’un ordinateur pour la calibration, ce dernier doit être connecté à un ordinateur pour être calibré avec un profil ICC géré par l’ordinateur. Il ne peut pas contenir de LUT ou quoi qu’est-ce d’autre afin d’être recalibré en cas de virage de teinte ou autre s’il est connecté via une interface AJA, Matrox, Blackmagic ou même encore Avid etc.

Là encore, cela risque d’être compliqué puisqu’il n’y a que du Thunderbolt 3/USB-C alors que les écrans professionnels et les interfaces sont équipés de ports SDI voire HDMI pour sied aux utilisations normales des raccords via les interfaces I/O. Et on les aime nos BNC sécurisés qui tiennent super bien même si on se prend les pieds dedans.

D’ailleurs, peut-on afficher les zones de titre et de sécurité ? Peut-on activer un overscan pour vérifier l’affichage télévisuel ? Y-a-t-il un mode Blue Only ? Quel est le pourcentage de couverture du Rec2020 dont la norme devrait finir par s’appliquer avec la démocratisation de l’UHD et du codec HEVC ? Quelle norme a été choisi pour le HDR 1000nits alors qu’il y en a encore plusieurs en concurrence (Sony BVMmême si le Dolby Vision a tendance à se démarquer et s’attire les faveurs du SMPTE et de l’EBU) ?

Des Reference Modes ont bien été annoncés pendant la keynote mais comment y accéder puisqu’il n’y a pas de boutons sur l’écran ? Peut-être y aura-t-il une interface logicielle accessible depuis macOS. Si c’est le cas, cet écran s’éloigne encore plus d’un moniteur de référence…

Par conséquent, l’XDR Display Pro est un écran pour l’interface de l’ordinateur et en aucun cas un moniteur de référence comme la demoiselle Coline ou Colin dont le nom de famille a échappé à mon oreille (je n’ai pas retrouvé son nom non plus sur internet, si vous lavez j’en serai fort aise) l’a défendu corps et âme sur scène.

 

Mais quand même…

Mais on saluera quand même l’effort d’avoir renouvelé la gamme professionnelle d’écrans pommés bien que 6K ne soit pas nécessaire pour de la vidéo car il n’y a aucune diffusion dans cette résolution et la transposition d’échantillonnage dans cette définition est fortuite. Par exemple, un sous-échantillonnage d’une vidéo 8K sur un écran 6K ne sera pas très efficace puis qu’on n’aura pas ce rapport minimal 4:1 (ou 22:1 pour être exact) afin de permettre à ce sous-échantillonnage d’être correct.

Je ne doute cependant en aucun cas de la qualité de rendu HDR 1000nits en particulier grâce au peaking de 1600nits qui offrira une marge de sécurité en cas de dépassement du signal, et le traitement anti-reflet semble qualitatif. Reste à voir si la dalle sera pérenne dans le temps.

De plus, cet écran est annoncé avec un rapport de contraste de 1.000.000:1 sans savoir s’il s’agit des contrastes statiques ou dynamiques. Ce ratio est souvent atteint sans refléter aucun bénéfice car concerne le contraste dynamique (auquel on peut faire dire n’importe quoi). Puisqu’il s’agit d’Extreme Dynamic Range, je suppose que ce ratio concerne le contraste statique mais une précision de la part d’Apple aurait été la bienvenue.

Deux versions de ce moniteur seront disponible, le premier prix à $4999 et le second qui propose le traitement anti-reflet avec la nano texture sera à $5999.

décomposition écran

Puis le support

Le support standard, très séduisant, est vendu $1000 en plus de l’écran. D’ailleurs un « ooooooooh » de désappointement s’est fait entendre dans la salle lors de la keynote que je vous invite à constater à 1:42:05 de la keynote https://www.apple.com/apple-events/june-2019/ .

Pour finir

Afin de croiser les sources et affiner l’avis que vous pouvez vous faire de ce nouvel équipement, je vous propose ci-dessous trois petites vidéos dont certaines vont plus en profondeur dans l’analyse des configurations et de l’exploitation matérielle.

La meilleure approche du mac reste Snazzy Labs.

 

 

 

 

Cinématographiquement…

Avid Media Composer macOS Catalina
assimilate scratch confinement
ProRes Raw et Windows
de premiere pro à davinci resolve
affinity
cuda nvidia this is the end
premiere resolve #8
premiere resolve #7
modes de fusion
kinobeer
quicklook et provideo formats
macoscatalina maj
premiere resolve #
SGO
Arri Codex High Density Encoding
premiere resolve #5
Mac Pro 2019
Loupedeck +
cinema sans projecteur
premiere resolve #4
premiere resolve #3
la différence entre le log et le flat
premiere resolve #2
Le nouveau Davinci Resolve 16
annonce NAB resolve 16
premiere resolve #1
Tangent Arc
Illustration article
Dailies Avid Resolve
Fusion Connect article
Article reactor fusion
illustration article jeux couleur
cinestyle technicolor
illustration RGPD
Media Composer Symphony 2018.12
article de noel
Legacy Medias
Montage une Anthologie (1913-2018)
Lumetri CC2019
illustration article
Loupedeck Color Panel

Loupedeck Color Panel

Loupedeck logo

Vous voulez une surface de contrôle pour votre logiciel de montage à un prix abordable ? Petite présentation de Loupedeck, surface de contrôle en un pupitre pour accéder aux principales fonctions de correction colorimétrique de Final Cut Pro X, Adobe Premiere Pro mais aussi Lightroom et Photoshop !

Si vous êtes monteur Premiere ou FCPX et que vous touchez rapidement aux couleurs sans entrer dans le détail, Loupedeck fera l’affaire. Actuellement à 229,00€ TTC sur Amazon, cette surface de contrôle vous permettra d’ajuster les couleurs de vos plans, de coller les corrections d’un clip à l’autre et est même doté un shuttle pour naviguer dans la timeline. De plus, l’utilitaire à installer pour permettre le contrôle permet de ré-attribuer les raccourcis pour mieux s’accorder à votre manière de travailler. Comme pour les autres outils de ce type, les potentiomètres ne peuvent pas être configurés, seuls les boutons le peuvent. Et contrairement à une surface de contrôle classique, des roulettes sont présentes pour ajuster la présence plus ou moins fortes des couleurs bleu, rouge, vert, cyan, magenta et jaune.

Loupedeck n’est pas compatible avec les logiciels d’étalonnage comme DaVinci Resolve, Baselight, Scratch et cætera pour lesquels des pupitres plus onéreux sont nécessaires. Cependant, si vous êtes sur Avid Media Composer, l’Euphonix Artist Color reste l’unique solution. Ce dernier est, quant à lui, compatible Resolve.

Je vous laisse maintenant avec trois vidéos de présentation : la première pour Premiere Pro, la deuxième pour Final Cut Pro X et la dernière pour Lightroom.

Cinématographiquement…

Avid Media Composer macOS Catalina
assimilate scratch confinement
ProRes Raw et Windows
de premiere pro à davinci resolve
affinity
cuda nvidia this is the end
premiere resolve #8
premiere resolve #7
modes de fusion
kinobeer
quicklook et provideo formats
macoscatalina maj
premiere resolve #
SGO
Arri Codex High Density Encoding
premiere resolve #5
Mac Pro 2019
Loupedeck +
cinema sans projecteur
premiere resolve #4
premiere resolve #3
la différence entre le log et le flat
premiere resolve #2
Le nouveau Davinci Resolve 16
annonce NAB resolve 16
premiere resolve #1
Tangent Arc
Illustration article
Dailies Avid Resolve
Fusion Connect article
Article reactor fusion
illustration article jeux couleur
cinestyle technicolor
illustration RGPD
Media Composer Symphony 2018.12
article de noel
Legacy Medias
Montage une Anthologie (1913-2018)
Lumetri CC2019
illustration article
Tangent Arc pupitres d’étalonnage

Tangent Arc pupitres d’étalonnage

La société britannique Tangent est connue pour les multiples pupitres d’étalonnage qu’elle propose : Ripple, Wave, Wave2, Element et même l’application Element-Vs pour iOS et Android. Depuis quasiment deux ans, Tangent a présenté une version de surface de contrôle bien plus grande, entièrement programmable et avec une tablette Wacom intégrée dont le nom du prototype était Tsunami. Présentée maintenant sur le site de Tangent sous le nom Arc, voyons ce que nous pouvons apprendre aujourd’hui de futur pupitre.

Travailler sur un logiciel d’étalonnage s’avère difficile sans surface de contrôle souvent dû au manque de précision de la souris. Etant donné la popularité de Davinci Resolve, Blackmagic Design a sorti ses surfaces micro-panel et mini-panel pour une meilleure utilisation du logiciel sans avoir à dépenser plus de 29.000,00€ dans l’Advanced Panel et faire concurrence aux surfaces de Tangent et celle d’Avid-Euphonix. Bien que ces deux surfaces de BlackMagic sont mieux adaptées à DaVinci Resolve, elles ne sont compatibles qu’avec DaVinci Resolve contrairement aux autres marques. L’Avid Artist Control est compatible Resolve, Symphony et Baselight. Tangent est compatible avec une très grande liste qu’il serait long d’énumérer.

La Tangent Arc s’aligne sur les grands pupitres d’étalonnage qui prennent de la place.

Design

tangent element panel

De son prototype à sa présentation actuelle, les roues pour ajuster la luminance ne sont plus les mêmes. Alors qu’elles ressemblaient à celles de sa sœur Element, ces dernières ont évolué vers un design plus curviligne qui s’effondre progressivement vers la boule plutôt qu’un biseau brusque comme présenté ci-contre et ci-dessous.

tangent tsunami

Comme on peut également le voir ci-dessus, la surface de contrôle se divise en trois pupitres :

• Au centre : le Grading panel avec 4 contrôleurs roue/boule, une première pour Tangent (même si on peut se débrouiller avec l’Element pour avoir le contrôle de l’offset) ;

• A gauche : le Function panel avec, entre autre, les mémoires, les contrôles de teinte, saturation etc…

• A droite : le Navigation panel avec toujours un jog, des navigations entre les plans et les nodes etc…

Les boutons et les potentiomètres semblent rester les mêmes mais une gouttière se dessine sur chacun des pupitres latéraux pour y mettre son stylo peut-être.

Tangent Arc

Compatibilité logicielle

Les surfaces de contrôle de Tangent affichent une compatibilité avec une large gamme de logiciels comme Resolve, Lustre, Scratch, Speedgrade, Flame, Nucoda, Mistika, Baselight et j’en passe. Peut-être est-ce encore en pour parler mais la Tangent Arc ne présente aujourd’hui qu’une compatibilité limitée sur son site : Autodesk Flame, Flame Assist, Flare et Lustre, Digital Vision Nucoda et SGO Mistika. Bigre que la liste est légère !!! Il sera toujours possible de configurer les pupitres via l’utilitaire fourni par Tangent mais sera-t-elle aussi efficace que si elle était compatible nativement ? Il faudra attendre les prochains salons ou sa sortie pour le savoir.

Prix

D’après le peu de sources que j’ai trouvé actuellement, l’Arc se trouvera dans un ordre de prix autour de $15.000,00 contre $30.000,00 pour l’Advanced Panel de BlackMagic. Mais ceci n’est pour l’instant que spéculation.

 

Pour finir, je vous invite à lire l’article de John Ewyn qui apporte d’autres détails à ce sujet et qui a été la principale source de cet article.

Et pour terminer, une présentation de cette surface de contrôle du NAB 2018 par la chaîne YouTube No Film School ainsi qu’une seconde du NAB 2017 présenté par postPerspective :

Cinématographiquement…

Avid Media Composer macOS Catalina
assimilate scratch confinement
ProRes Raw et Windows
de premiere pro à davinci resolve
affinity
cuda nvidia this is the end
premiere resolve #8
premiere resolve #7
modes de fusion
kinobeer
quicklook et provideo formats
macoscatalina maj
premiere resolve #
SGO
Arri Codex High Density Encoding
premiere resolve #5
Mac Pro 2019
Loupedeck +
cinema sans projecteur
premiere resolve #4
premiere resolve #3
la différence entre le log et le flat
premiere resolve #2
Le nouveau Davinci Resolve 16
annonce NAB resolve 16